Le groupe Crédit Agricole
Mercredi, 23 Avril 2014

Découvrez les réalisations par région

Carte d'identité
30ans
Nom : Fondation du Crédit Agricole - Pays de France

Née en
:1979, reconnue d’utilité publique en 1983

Parents
: La FNCA (Fédération Nationale du Crédit Agricole), représentant les Caisses régionales, et Crédit Agricole S.A.

Mission
: le mécénat patrimonial au service du développement régional et de l’animation locale
Réalisations : Plus de 1100 projetssoutenus dans toute la France depuis 1979 et 32 millions d’€ de subventions versées
Principes d'action PDF Imprimer Envoyer

Priorité à l’animation locale

L’objectif de la Fondation du Crédit Agricole n’est pas de « rénover les vieilles pierres » pour elles-mêmes mais, dans la mesure où cela entraînera localement le soutien, la création ou le rétablissement d’une activité économique.

Outre cette condition primordiale, le Conseil d’administration a identifié, au fil des années, les critères essentiels pour apprécier les dossiers :

- La Fondation ne prend pas en charge un projet dans sa globalité, mais apporte une aide ponctuelle
, qui souvent sera déterminante et le rendra réalisable. C’est le « coup de pouce » qui vient fournir l’ultime apport à un plan de financement déjà bien construit.

- En accord avec la vocation du Crédit Agricole d’être un financier du développement, l’aide de la Fondation concerne l’investissement, jamais le fonctionnement. Son objectif est de faciliter le démarrage d’un projet qui, par sa valeur propre, deviendra pérenne, non d’en assurer la pérennité. La Fondation ne peut non plus s’associer à aucune opération éphémère ou ponctuelle comme un festival, un concert, une opération de communication ou de promotion, une étude, une exposition, une édition, etc. Elle ne peut pas davantage contribuer à faire vivre un organisme, quel qu’il soit.

- Il doit s’agir de projets culturels concrets, bénéficiant à la collectivité, de taille raisonnable pour s’insérer harmonieusement dans le milieu environnant.
L’impact sur l’économie locale et le développement de l’activité touristique est particulièrement analysé. L’idéal est que le projet soit créateur d’emplois, ce qui se vérifie souvent.

- La Fondation ne se substitue ni à la mission de l’administration des Monuments Historiques, ni au devoir d’entretien par les collectivités publiques du patrimoine dont elles sont propriétaires.
Elle peut toutefois compléter les subventions publiques, si l’investissement concerné – par exemple la rénovation d’une église de village – est assorti d’un programme d’animation précis, daté et conçu pour durer.

La vocation de la Fondation n’est pas de prendre des risques, mais d’aider les initiatives dont la valeur a été reconnue.
Elle ne participe qu’aux projets ayant toutes les chances d’être menés à bien. Un plan de financement complet, l’assurance qu’a la Caisse régionale du sérieux et de l’engagement des partenaires publics ou privés et un budget prévisionnel de fonctionnement équilibré reposant sur des ressources régulières sont des éléments vérifiés. En application de ces principes, la subvention de la Fondation ne peut donc servir à démarrer un plan de financement, mais seulement à le compléter.

- Les projets soutenus par la Fondation sont conduits par des associations et/ou des collectivités locales.


- Les contributions de la Fondation peuvent concerner aussi bien des éléments du patrimoine classé
(classement "Monument Historique" ou inscription à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques) que non classé. L’important est que les projets permettent de créer, encourager ou retrouver une dynamique économique.

 
A la Une
Jacques Barrot et Jean Musitelli entrent au Conseil de la ...

Agenda

24 avril Ornavik. Remise de subvention pour le chantier carolingien près de Caen 24 avril   Pose de la première pierre de Lascaux 4 par ...

Lu dans la presse

Le Dauphiné, 22 avril Grotte Chauvet. La candidature Unesco : un avis attendu début mai France 3, 23 avril Des Racines et des Ailes. Patrimoines d’excepti...

Découvrez...