Le groupe Crédit Agricole
Vendredi, 22 Jun 2018

Restauration et mise en sécurité du fort de Brescou (1586, 1610)
Crédit : Spedona-CC BY-SA 3.0
Hérault - Agde
Le fort de Brescou, témoin majeur de la fortification du littoral languedocien


L'île de Brescou se trouve à 1,5 km au large du cap d’Agde (1,5 million de vacanciers), devant l'entrée du port de plaisance, sur un îlot basaltique de 2,72 ha, reste d'un ancien.

Jadis l’île servait de repère aux corsaires et aux pirates. Au 16e siècle, le fameux Barberousette - de son vrai nom Gaspard Dot -, originaire de Provence, allumait des feux sur le mont Saint Clair (Sète) pour provoquer le naufrage des bateaux pensant se diriger vers le phare d’Agde. Le pirate embarquait son butin et rejoignait l’îlot de Brescou.

En 1586, un premier fort est édifié sur un îlot basaltique sous l’ordre du Vicomte de Joyeuse, agrandi en 1604 puis en 1610. En 1632, Louis XIII ordonne la démolition du port qui est sauvé par Richelieu, venu sur place, qui voit là le lieu parfait pour installer un grand port militaire. De cette époque date le môle, encore aujourd’hui appelé "digue Richelieu". Mais la mort du cardinal en 1642 retarde le chantier. Il reprend sous la direction de l’Ingénieur Antoine Niquet, élève de Vauban.

De 1680 à 1852, le fort sert de prison, notamment pour les Huguenots. Déclassé, il est attribué aux Ponts et Chaussées en 1889. Sa dernière occupation remonte aux Allemands, de fin 1942 à juin 1944.

Le Fort de Brescou est inscrit aux Monuments historiques depuis 1996, comme témoin majeur de la fortification du littoral languedocien. Épousant la forme du rocher, le fort se compose de quatre bastions : le bastion royal, le bastion Sainte-Anne, le bastion Saint-Antoine et le bastion Saint-André. Il ne subsiste que les fondations de la Tour du Fanal du 16e s, qui supporte le vieux phare. Un second phare est construit en 1836 puis automatisé : le dernier gardien a quitté l’île en 1989.

Le fort devait à la fois abriter la garnison et garder les prisonniers. Le seul accès se fait par une petite plage située entre la demi-lune et le Bastion Saint-André. Aujourd’hui, seule dépasse des murailles la nouvelle maison du gardien du phare, édifiée à l’emplacement de l’ancienne maison du gouverneur.

En 2008, le site est classé "zone de protection spéciale Natura 2000" pour préserver les fonds marins. Parsemé d’éperons rocheux, c'est une passe difficile et ses nombreuses épaves (dont les canons, dits "Pierriers" du 17e s, exposés au Musée de l’Ephèbe d’Agde) favorisent de développement de  posidonies et autres espèces méditerranéennes.

Lu dans la Presse

Découvrez les réalisations par régions

Plus d'informations
34300 Agde
Tél : 04 67 94 60 00
contact@ville-agde.fr
www.ville-agde.fr
GPS : 43° 15′ 47″ N, 3° 30′ 07″ E
A la Une
Je Visite, l'appli du patrimoine Pour trouver des idée...

Agenda

3-8 avril Journées Européennes des Métiers d’Art (JEMA)- 7 avril Mécénat en faveur des vitraux de la chapelle Saint-Piat de Chartres...

Lu dans la presse

Sud Ouest, 10 avril 2018 Saintes : dans l’antre du Bazilik de l’abbaye aux Dames- L’Echo républicain, 7 avril Chartres. L’extérieur de la chapelle S...

Découvrez...