Le groupe Crédit Agricole
Mercredi, 26 Juillet 2017

Préservation de la Maison natale d’Albert Londres
Crédit : Riaux architecte
Allier - Vichy
La maison natale
d'Albert Londres,
père du grand reportage,
sauvée


La maison natale d’Albert Londres (1884 - 1932) se trouve 1 rue Besse, dans le vieux Vichy. Elle a été bâtie dans les années 1820. L’édifice néogothique est original, notamment par son châtelet d’entrée doté de deux échauguettes sur la façade principale.

Elle a été achetée en 1873 par les époux Baratier-Moinet, grands-parents maternels d'Albert Londres. Après la naissance d'Albert, le 1er novembre 1884, ses parents emménagent chez la grand-mère paternelle, marchande de toiles. Albert rend visite à ses grands-parents maternels après l’école, rue Besse. Après ses études au lycée de Moulins, Albert part en 1901 travailler à Lyon comme commis aux écritures. En 1903, il va à Paris et y fréquente les milieux littéraires, avec ses amis Henri Béraud (futur journaliste) et Charles Dullin (futur comédien). Il abandonne ses ambitions de poète pour devenir, en 1904, correspondant du journal lyonnais Le Salut Public. Sa vocation est née. Il écrit ensuite pour Le Matin.

En septembre 1914, il assiste au bombardement allemand sur la cathédrale de Reims. Son article a un énorme retentissement, il devient le premier correspondant de guerre français. Albert Londres part en Russie, en proie à la révolution depuis 1917, puis en Asie en 1922. A Cayenne, il dénonce les conditions de détention des bagnards. Il ne recherche pas l’objectivité, témoignant à la première personne, ni le consensus, car il veut porter "le fer dans la plaie".

Entre deux reportages sur le Tour de France, il continue à parcourir le monde : l’Afrique Noire, la communauté juive d’Europe de l’Est, la Palestine, les Balkans... Son dernier périple le conduit en Chine, en guerre avec le Japon. A son retour, le Georges Philippar fait naufrage dans le golfe d’Aden : Albert Londres périt en mer Rouge le 16 mai 1932.

La famille vend la maison en 1931, et elle change plusieurs fois de mains. En 1991, le nouveau propriétaire ne paie pas le maçon qui obtient la mise en vente judiciaire. Un homme d’affaire parisien l’achète… sans payer. La maison reste à l’abandon.

L’association Maison Albert Londres réussit à racheter la maison vendue par adjudication le 21 juillet 2014, grâce à l’aide d’une campagne de financement participatif. Devenue l’association Réagir-Maison Albert Londres, elle a lancé le fonds de dotation : "Sauvons la maison natale d’Albert Londres".

Car laissée à l’abandon pendant des années, le bâtiment du 1 rue Besse menaçait ruine. La restauration a commencé. Elle s’accompagne d’un projet d’aménagement de maison d'écrivain, pour faire connaître Albert Londres et son œuvre, d'enseignement du grand reportage et de création d'un centre d’études et de recherches, en relation avec l’association du prix Albert Londres.

Les travaux portent sur la sauvegarde du bâtiment et l'aménagement des quatre niveaux afin d'accueillir le public : auditorium au sous-sol, parcours découverte de l’écrivain au rez-de-chaussée et premier étage et mise en scène des grands reportages, Institut du Grand Reportage au deuxième étage.

La Fondation du Crédit Agricole-Pays de France contribue à ce projet qui permettra de faire rayonner ce haut-lieu de la mémoire journalistique et de la ville de Vichy.

Galerie photos

Préservation de la Maison natale d’Albert Londres Préservation de la Maison natale d’Albert Londres Préservation de la Maison natale d’Albert Londres

Découvrez les réalisations par régions

Plus d'informations
Maison d'Albert Londres
1 rue Besse
03200 Vichy
Tél : 06 83 17 49 63
lamaisonalbertlondres@gmail.com
mariedecplombel@yahoo.fr
www.albert-londres-vichy.fr
Actualité
7 juillet 2017
Mécénat du Crédit Agricole en faveur de la Maison natale d'Albert Londres
A la Une
Je Visite, l'appli du patrimoine Pour trouver des idée...

Agenda

12 juillet Aubusson (Creuse) La Cité internationale de la tapisserie et de l'art tissé 12 juillet Fransèches (Creuse) Le village sculpté...

Lu dans la presse

La Montagne, 21 juillet La petite-fille des anciens propriétaires de la Manufacture Braquenié réaffirme son soutien - Masgot obtient de l'aide pour mettre en...

Découvrez...