Le groupe Crédit Agricole
Mercredi, 17 Janvier 2018

Restauration de la basilique Sainte Marie Madeleine
Crédit : Saint-Maximin la Sainte-Baume
Var - Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Le plus bel édifice gothique de Provence, tombeau de Marie-Madeleine



Entre Pays d'Aix et massif de la Sainte Baume, Saint-Maximin, ancienne ville gallo-romaine, vibre chaque année lors des fêtes de Marie-Madeleine et de la foire médiévale de la quinzaine.

La ville a vraiment pris son essor au 13e s, lorsque Charles II d'Anjou, fils de Béatrix de Provence et de Charles Ier d'Anjou (frère de Louis IX), décida de renforcer sa position en Provence. Quoi de mieux qu'une célébrité pour y parvenir ? On dit que Marie Madeleine aurait passé de longues années de pénitence dans la grotte de la Sainte-Baume... le comte fait rechercher et trouver en 1279 les reliques de la Sainte, cachées en 716 par crainte des Sarrazins. Sur l'emplacement de la crypte, il fait bâtir une basilique et un couvent dominicain. Saint-Maximin prospère, d'autant plus que Charles II voulant accroître la population exempte d'impôts tous ceux qui viennent s’y établir. De nombreuses familles s'installent, y compris les juifs persécutés par Philippe le Bel.

La basilique de Saint-Maximin est le plus vaste édifice gothique provençal, classé aux Monuments Historiques. Les travaux commencent en 1295 sur l’emplacement d’une vieille église mérovingienne. Charles II fait les choses en grand : l’édifice doit pouvoir accueillir de nombreux pèlerins. Sa construction dure trois siècles, ralentie par les difficultés financières du comté de Provence au 14e s, réactivée au 15e s grâce à la générosité de Louis XI. Au fil des siècles, le style évolue, moins provençal, davantage français, les fenêtres s’ornent de fleur de lys. En 1532, le gros œuvre est terminé, mais les guerres et d’épidémies stoppent de nouveau le chantier. La nef principale reste inachevée, fermée par une haute muraille aveugle, et le portail et le clocher ne seront jamais été édifiés.

Pourtant, ce puissant vaisseau a belle allure, tout en verticalité avec sa grande nef et ses seize chapelles. Comme beaucoup d’églises provençales, pas de transept ni de déambulatoire. Des artistes provençaux inspirés par l’Italie ont achevé sa décoration en 1684. Les 94 stalles illustrant la règle des Dominicains (vie intellectuelle, prédication, mortification et oraison) sont un chef d’œuvre de la sculpture sur bois provençal de la fin du 17e s.

Dans la crypte, le sarcophage de Marie-Madeleine en marbre, daté des années 360, sert d’autel. Il est accompagné des sarcophages de saints (Maximin, Marcelle et Suzanne). A découvrir aussi, le retable de la Passion, chef d’œuvre de la Renaissance d’Antoine Ronzen, dit le Vénitien, sur lequel on aperçoit la plus ancienne vue connue du Palais des Papes d’Avignon. L’orgue, construit en 1772 fut sauvé à la Révolution par Lucien Bonaparte, marié à la fille de l’aubergiste local, qui y fit jouer la Marseillaise : c'est l’un des deux derniers orgues français qui permette d’écouter les sonorités telles qu’elles étaient perçues au 18e s.

Après des restaurations qui ont fait sans doute plus de mal que de bien, la commune a décidé d’engager des travaux pour protéger l’édifice des intempéries et préserver les ensembles mobiliers. Le Crédit Agricole a apporté son soutien afin que la basilique prenne toute sa place dans la vie culturelle et touristique de la ville.

Galerie photos

Restauration de la basilique Sainte Marie Madeleine Restauration de la basilique Sainte Marie Madeleine

Découvrez les réalisations par régions

Plus d'informations
Basilique
Place de l'Hôtel de ville
83470 Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Tél : 04.94.59.84.59
04.94.72.04.21
saintmaximin@provenceverte.fr
www.la-provence-verte.net

Les Amis de la Basilique

Crédit Agricole Provence Côte d'Azur
Espace sociétaires
Actualité
19 avril 2015, 14h30
Visite de la basilique de saint Maximin. Gratuit.
Tel : 04.94.72.04.21.
A la Une
Je Visite, l'appli du patrimoine Pour trouver des idée...

Agenda

16 décembre Inauguration de la Maison du fromage Abondance 15 novembre Fin des travaux de restauration du cloître de l'abbaye du Mont-Sai...

Lu dans la presse

L’Union, 10 janvier Montmirail-Artonges, la voie sera bientôt libre pour l’autorail Picasso - Est Eclair, 10 janvier Renoir et Claudel : le duo gagnant da...

Découvrez...